Le sonneur de cloches

eglise-preixanTexte en français et en occitan

Chaque village possède son église et chaque église son clocher et chaque clocher son sonneur de cloches.

Qu’il y ait une seule cloche ou une douzaine de cloches, il faut toujours quelqu’un pour les faire tinter.

Levé de bon matin, il sonne l’angélus qui a pour effet de réveiller ceux qui sont entre deux sommes ; à midi, il sonne encore et le soir au soleil couchant, il sonne encore une fois de plus pour dire d’aller dormir.

Cela se passe ainsi la semaine, mais le dimanche et les jours de fête, il sonne pour annoncer l’heure des offices et pas une fois mais trois, un coup puis un autre.

Si par hasard, il y a une procession spéciale pour quelque saint, il l’accompagne du son des cloches ; et huit jours avant Noël, autrefois, on sonnait les huitaines ; pour ce faire, il rassemblait les jeunes ; tous ensemble ils allaient sonner une heure ou deux ; c’était beau d’entendre dans la nuit les clochers qui se répondaient l’un l’autre pour annoncer la venue du petit Jésus.

Mais le sonneur n’agitait pas les battants seulement pour les occasions que l’on pourrait qualifier de courantes. Il était intégré à la vie du village. Il avait une façon particulière pour annoncer une naissance et quand c’était pour un mariage les cloches avaient des ailes et le son liesse coulait de tous les coins. Hélas, quand c’était pour annoncer un décès, les cloches pleuraient ; j’ai connu un sonneur qui a fait le métier plus de cinquante ans et qui, chaque fois qu’il sonnait un glas, marquait une barre sur la plus grosse cloche, et quand il ne put plus sonner, il y avait une sacrée longueur de barres.

Mais le métier se perd ou s’est perdu ; les jeunes ne veulent pas être liés à un horaire quotidien ; ils appellent cela être esclaves : les pauvres, ils ne se rendent pas compte qu’ils sont esclaves mais de la mécanique !

De quelque manière que ce soit, il n’y a plus ou presque de sonneurs et, dans les villages où il y a encore un curé, c’est lui ou un enfant qui d’en bas agite le battant d’une seule cloche avec une longue corde.

Dans quelques villages, on a essayé de remplacer le sonneur par un disque acheté chez un marchand, mais on s’aperçoit que ce qui sort de là, n’est pas du tout le son de nos cloches et que pour aussi beau qu’il soit il ne vaut pas le nôtre. Certains ont eu l’idée, avant que le dernier sonneur ne mette fin à son travail, de faire enregistrer le tintement de ses cloches, et c’est ce que l’on entend encore dans les grandes occasions. L’idée est bonne, mais il y a beaucoup de villages qui n’y ont pas pensé et qui n’entendront jamais plus la voix de leurs cloches, muettes pour toujours et qui pendent tristement dans un clocher désert ou visité aux beaux jours par quelques hirondelles ou quelques corbeaux quand ce n’est pas par une paire de chouettes.

À Preixan, durant de nombreuses décennies, Marguerite Falandry était la sonneuse de cloches. Elle vivait tout près de l’église et exerçait ses responsabilités avec ponctualité. Elle était la grand-mère de Pierre et Roger Falandry. Elle s’est éteinte en 1968 à l’âge de 79 ans, et depuis une horloge électrique automatique fait sonner les cloches.

Texte en occitan :

Lo campanièr Cada vilatge a sa glèisa, e cada glèisa son campanal ; e cada campanal son campanièr. Que i ague una sola campana o una dotzena, i cal qualqu’un per las far tindar. Aquò es l’afar del campanièr. Levat de bon maitin, sona l’angelύs que a per efet de despertar los que son encara entre dos sòms ; a miègjorn, torna mai sonar, e lo ser, a solelh colc, sona un còp mai per dire d’anar dormir. Aquò se passa atal la setmana, mas los dimenges e lors jorns de festanal sona per anonciár l’ora dels oficis ; e pas un còp, mas tres, pic e repic.

Se, d’azard, i a una procession especiala per qualque sant, l’acompanha al son de la campanas ; e uèit jorns abans Nadal, autres còps sonavan octavas ; per aquò far amassava los jovents et, totis amassa, anavan sonar una ora o doas ; èra polit d’ausir, dins la nuèit, los campanals que se respondián l’un a l’autre per anonciár la venguda del pichòt Jèsus.

Mas lo campanièr brandissiá pas los batalhs sonca per las ocasions que podrián dire correntas. Èra mesclat a la vida del vilatge. Aviá una manièra especiala per anonciar una naissença, e quand èra per un maridatge, las campanas avián d’alas e lo son d’alegria rajava de tot caire. Ailàs ! quand èra per anonciar una mòrt, las campanas ploravan ; ai conegut un campanièr qu’a fait lo mestièr mai de cinquanta ans, e que cada còp, se sonava un clas, marcava una rega sus la plus gròssa campana, e quand poguèt pas pus sonar, i aviá una còrdilhada de regas. Mas lo mestièr se perd o s’es perdu ; los jovents vòlon pas mai èsser tenguts per un orari jornalièr, apelan aquò èsser esclaus. Pauròts, s’avisan pas que son esclaus, mas de la mecanica.

Cossí que siá qu’ane, i a pas mait ogaireben de campanièrs e, dins los vilatges ont i a encara un rector, es el o un dròlle que dumpèi debàs brandís lo batalh amb una longa còrda d’una sola campana.

Dins qualques vilatges, an ensajat de remplaçar lo campanièr per un disque crompat çò d’un mercand ; mas s’avisan que çò que sortís d’aquí es pas brica lo son de nòstras campanas e que, per tant polit que siague, val pas lo nòstre. Qualques-unis an agut l’idea abans que lo darnièr campanièr pleguèsse, de far enregistrar las seunas campanas ; e es aquelas qu’aussi sson encara dins las grandas ocasions. L’idèa es bona, mas i a plan de vilatges que l’an mancada, e que jamai pus ausiràn pas la votz de lors campanas, amudidas per totjorn e que pendorlan tristament dins un campanal desèrt o visitat al bèl temps per qualque ironda, o qualque corbàs, s’es pas per un parelh de chòts.