Les cafés-restaurants de Preixan

Nous sommes en 1801, la vieille église, aujourd’hui démolie, accueille la dépouille de Pierre Guiraud, 82 ans, aubergiste, qui est ensuite portée en terre au cimetière. L’état civil nous indique que c’est Mr Cazanave, son voisin, qui déclare le décès ; Mr Benoît Dufis, étant maire de Preixan. Voilà, en ce début du XIXème siècle, que le vieil aubergiste nous quitte et d’autres continueront cette profession indispensable pour un village de plus de 400 habitants.

En 1800, outre le maire et le curé qui faisaient partie des autorités, il y avait également parmi ces personnalités, une sage-femme, septuagénaire, Anne Valette, née Raynaud, qui mit au monde plusieurs générations de Preixanais. Tous ces nouveaux nés qui survécurent forment le socle des vieilles familles qui sont toujours là au fil des générations.

En 1865, Eutrope Guiraud, 62 ans, aubergiste, décède. –Je ne suis pas arrivé à déterminer ni la famille, ni l’emplacement de l’auberge-

Grâce aux archives communales de 1871, les bistrots ou cafés sont répertoriés sur les registres en raison d’une collecte d’une taxe sur les billards perçue par l’État. Cette taxe coûtait 6 francs par an et par établissement. Il est donc facile de constater qu’en cette fin de XIXème, notre village faisait vivre quatre cafetiers dispersés au sein du vieux village.

Ancien café Ormières Le plus grand d’entre eux était situé rue de l’Église et appartenait à Jean Ormières (en 2011, maison Laval, n°43). Les lieux devaient servir de café et d’hôtel et le vaste sous-sol pouvait accueillir des chevaux attelés à des diligences. C’était sans aucun doute un relais où les voyageurs faisaient une pause.

Ancien café Galaup Le deuxième, place de l’Église, était tenu par François Galaup ; plus tard au XXème, ses enfants, Juliette et Auguste Galaup, le gardèrent jusqu’aux années 1960. Ancien café Galaup

C’était le rendez-vous des musiciens qui venaient répéter ; Également, en fin d’année, de superbes lotos étaient organisés pour lesquels le gibier pendait aux portes du café. La jeunesse d’alors appréciait ce lieu qui était bondé pour les fêtes.

Ancien café Rémi Teisseire Le troisième était situé dans la grand’ rue (en 2011, maison Montahuc, n°24) ; le cafetier s’appelait Rémi Teisseire.

Ancien café Félix Vidal Le quatrième et dernier cafetier de ce XIXème fût Félix Vidal (en 2011, maison Escourrou, n°21) situé dans la grand’ rue, à quelques mètres du café Teisseire. En pénétrant à l’intérieur, on peut se rendre compte que la grande porte à battants et la grande salle avaient pu accueillir de nombreux clients.

De Félix Vidal, dont la famille est aujourd’hui éteinte, nous retiendrons qu’il fût nommé commissaire par la préfecture pour vérifier les pertes éprouvées par l’inondation du 23 mai 1910. La rivière Aude avait inondé la pleine de Preixan jusqu’à l’ancienne route nationale ; ce fût un choc à l’époque.

En complément de leur activité de cafetier, tous possédaient aussi une exploitation agricole. En parallèle à cette profession de « vendeur d’alcool », il existait une profession complémentaire, celle de buraliste et vendeur de tabac, assurée par Pierre Maynadier, aïeul de Léon et Pierre Maynadier tous deux décédés.

Ancien_Cafe_DelpeyNous voilà au XXème, les héritiers de François Galaup continuèrent quelques décennies pendant que les autres disparurent. Ensuite, il y eut des créations.

Ancien café Delpey Dans la grand’rue, le maréchal ferrant, Paul Delpey et son épouse Prospérine, se lancèrent dans l’aventure du café, situé au-dessus de la forge (n°23). De temps à autre, l’hiver, les clients se régalaient d’une bonne fricassée de porc ; il y avait beaucoup de monde qui venait con-sommer et surtout quelques républicains convaincus qui entonnaient « l’Internationale ». Lors de la fermeture de ce café, les propriétaires firent don du mobilier (tables, chaises, bancs) à la commune.

Ancien_Cafe_Le_clos_fleuri_de_CasterasAncien café Le clos fleuri de Casteras Au faubourg, (4 chemin des Piboules), au sortir de la guerre, à la libération en 1944, Marguerite et Henri Casteras ouvrirent une guinguette avec piste de danse et orchestre où les jeunes de Preixan et des villages voisins venaient danser. Le lieu fût baptisé « Le Clos fleuri ». De nombreux couples se formèrent sous l’ombre des plaqueminiers qui existent encore. Plus tard, l’établissement fût repris par les époux Juglard qui fermèrent en 1959.

Hier encore, sur la route menant à Limoux, au lieu-dit « Le Thou », François Delpey transforma son exploitation agricole en bar-restaurant « Le Clos du Muscat » ; il y eut de nombreux repre-neurs qui créèrent aussi une discothèque « La Source ». Aujourd’hui, des appartements à la location remplacent le commerce.

Au début des années 1980, au faubourg, chez Joseph Valette, Éliette et Henri Vermot ouvrirent « L’Auberge du Faubourg » qui fût reprise par André Vanneste. Tous ces établissements ne sont que des souvenirs ; à ce jour, pour des raisons diverses, ces commerces sont définitivement fermés.

M._Christian_Fabre_Chef_du_Relais_de_PreixanLors de l’achat de l’immeuble Bonnery, la municipalité de Preixan, après rénovation totale des lieux, permit l’installation d’un café-restaurant, grâce au maintien de la licence IV ; un restaurant créole éphémère inaugura les lieux. Depuis quelques années, un jeune carcassonnais, Christian Fabre, cuisinier expérimenté, a créé « Le Relais de Preixan » dans ces locaux communaux. L’obtention du label « Pays Cathare » lui permet de recevoir une clientèle de plus en plus nombreuse dans un site d’exception et ce avec une cuisine traditionnelle. M. Christian Fabre, Chef du Relais de Preixan Grâce à notre ami Christian, la tradition du café-restaurant, lieu de rencontre conviviale, se perpétue à Preixan, et je vous invite à aller déguster toutes les spécialités audoises dans ce bel endroit.

RENÉ CALVET, FILS DU CAFETIER DE CONQUES SUR ORBIEL

M._Rene_Calvet_bisM. René Calvet En écrivant sur les bistros d’autrefois de Preixan qui ont marqués le village durant des générations, cafetiers et clients, mémoire vivante de ces années passées, ne sont plus de ce monde pour me fournir quelconque renseignement sur le fonctionnement d’un café, il y a plus de 70 ans. Je me suis donc rapproché d’un ami de la famille : René Calvet, qui est né et a grandi à Conques sur Orbiel dans le café familial tenu par ses parents. Joël Vidal

« À Conques, tout comme à Preixan, il existait plusieurs cafés. Je connais bien votre vil-lage, car, tout jeune, j’étudiais à l’école supérieure de Limoux avec Isidore Dufis et Marius Mary.

Mes parents Lucie et André Calvet possédaient au centre de Conques « Le Café de l’Avenir » et ils vendaient aussi des produits d’épicerie. Les lieux étaient ouverts tous les jours de l’année de 8 heures du matin à 1 heure de la nuit. Pas de vacances, nous étions présents en permanence. La clientèle était masculine à 90 %. Notre café était aussi le siège du club de football. C’était aussi l’époque où la mine de Salsigne était prospère et les salariés agricoles étaient très nombreux, tous ces hommes représentaient une part importante de notre clientèle.

Le progrès n’était pas encore au rendez-vous, il n’y avait point de machine à café, mais ma mère le préparait et le réchauffait au coin du feu ; les frigos n’existaient pas, mais nous possédions une grande glacière alimentée deux fois par semaine par des blocs de glace de 15 kg, issus du Haut-Cabardès où autrefois les neiges étaient abondantes. Dans le puits du café étaient stockées au frais les bouteilles de bière fort appréciées, issues de la brasserie carcassonnaise « Fritz Lauer ». La mode n’était pas aux vins, nous ne vendions que des alcools plus forts ; nous servions des produits issus de Pernod fils, Byrrh de Thuir, Suze, Goudron marque Gifrar, Grand Marnier, Armagnac, Cognac … Les femmes préféraient la limonade, les sodas ou les vins doux naturels à l’apéritif.

Les fournisseurs du café étaient en majorité de Carcassonne, tels que la Maison Cabanel, Sabatier, Fritz Lauer, mais aussi par les Ets Pernod et Picon.

Nous vivions dans une atmosphère enfumée car rares étaient les clients qui ne fumaient pas.

La salle de café était meublée de tables en marbre ou sil-granit avec des chaises en paille et plus tard remplacées par des chaises en bois. Mes parents trônaient derrière le bar et au bout de la salle était installé un billard qui était toujours pris d’assaut et les joueurs devaient attendre leur tour. Notre établissement proposait de nombreuses animations et les clients étaient surtout présents en fin d’après midi et le soir. Ils jouaient aux cartes, à la belote, au poker et à la bourre. Le soir, la salle était pleine, car la télévision n’existait pas et rares étaient ceux qui possédaient un poste radio TSF. Afin de pérenniser la clientèle mes parents proposaient des soirées spéciales à thème. Mr et Mme Buroc, Mr et Mme Angélo, chanteurs, Mr Capella, ventriloque de Quillan se produi-saient de temps en temps devant un public nombreux.

Au-dessus du café, il existait la salle de bal et pendant plus de dix ans, l’orchestre Guillau-mon de Perpignan venait faire danser la jeunesse qui, aux alentours de minuit, réclamait le ressoupet (soupe au fromage). Cette salle servait aussi pour les traditionnels lotos du Nouvel An et du loto familial de Noël. De temps à autre, la nuit du samedi et du dimanche, les gendarmes faisaient une ronde pour vérifier que les cafés soient fermés à 1 heure du matin. M. André Calvet et sa belle-fille, Suzanne

Au début des années 1960, mes parents ont pris une retraite bien méritée et je n’ai pas suivi cette voie au niveau professionnel. Le Café de l’Avenir n’existe plus.

Aujourd’hui à l’automne de ma vie, je me remémore tous ces souvenirs de bistrot. Mon père, André Calvet s’était engagé à 17 ans et demi en septembre 1914 et en 1918 après quatre années de guerre, il fût mobilisé pour un an au Maroc. Il recevait dans son café tous ses amis anciens combattants qui buvaient l’apéritif à l’eau de Seltz ou qui prenaient un café avec de la fine.

Du Café de l’Avenir, j’entends encore tous ces rires ou ces colères ; parfois après quelques disputes quelques gifles crépitaient. Tout cela faisait partie de l’ambiance du café. » René Calvet

M._Andre_Calvet_et_sa_belle-fille_Suzanne_bis